Partir

Qu’on se le dise …

  • Crist : au coeur d’un des plus grands chantiers polonais
    La mer Baltique est calme et l’air à peine frais, l’hiver polonais n’est pas aussi rigoureux qu’à son habitude. Dans la cale du chantier Crist, une imposante coque de câblier est en cours d’assemblage : c’est le futur Nexans Aurora, commandé par le français Nexans au groupe norvégien Ulstein qui l'armera à Ulsteinvik en 2021. Dans […]
  • Sous-marins australiens : le vrai du faux
    Le programme des futurs sous-marins australiens, confié à Naval Group, vient de faire face à une série de critiques et d’attaques relayées et amplifiées par différents canaux. On a entendu ainsi parler de retards, de surcoûts, de constr... […]
  • Eaux de ballast : Bio-UV a racheté l’ex-filiale de Suez Triogen
    Le groupe Bio UV, fondé près de Montpellier en 2000 par Benoît Gillmann, est spécialisé dans le traitement de l'eau par rayons UV et a vu une belle croissance de son activité dans le domaine du traitement des eaux de ballast. La société a réalisé une première opération de croissance externe à l'automne dernier en […]

Archives

6e passage au cap Horn pour Mike Golding

D'ouest en est ou d'est en ouest, Mike Golding vient de franchir pour la 6e fois le cap Horn.  Il est le premier navigateur à réaliser en course une telle prestation. Actuellement en 6e position à 1872 milles de la tête de la course Golding détient toujours le temps de référence entre le cap Leeuwin et le cap Horn en 16j 5h et 26min.

Interrogé sur le parcours de Mike Golding, Sir Chay Blyth confie : "Les navigations de Mike dans les deux sens, c'est quelque chose d'unique. C'est un vrai tour de force, je lui tire mon chapeau. Et je sais qu'à son retour, Mike partagera avec nous tous toutes ses expériences qui inspireront la jeune génération de futurs coureurs au large.

La course au large en solitaire est devenue aujourd'hui incroyablement difficile. Même si nous croyons tous que la technologie constitue une aide, et c'est le cas, elle rajoute aussi beaucoup de pression aux navigateurs. Aujourd'hui, tellement de personnes peuvent suivre leurs performances à terre, que cela devient plus dur pour les skippers qui doivent tirer sur eux-mêmes, et pousser encore plus fort leur bateau. Mike peut être très fier de son parcours. Depuis qu'il a skippé un équipage sur le British Steel Challenge, je suis convaincu que c'est quelqu'un de très déterminé. Quand il m'a demandé s'il pouvait emprunter le bateau pour tenter de battre mon record de tour du monde à l'envers en solitaire et sans escale, je savais qu'il pouvait réaliser des grandes choses…"

Bien que les concurrents en tête de ce Vendée Globe tiennent des moyennes extraordinaires, Mike Golding conserve le record de vitesse entre le cap Leeuwin et le cap Horn. En 2005, il avait établi le temps de référence de 16 jours, 5 heures et 26 minutes, qui tient toujours bon auprès du World Sailing Speed Record Council (WSSRC).

Au sujet de ce record, il commente : "C'était extraordinaire. J'ai le souvenir impérissable  d'une course fantastique, les choses s'enchaînant parfaitement. Un système météo après l'autre, un peu comme ce que François (Gabart) a vécu, naviguant à de fortes moyennes constamment, au reaching, et en route direct vers la marque."