Partir

  • Focus on France’s next-generation SSNs
    “There are no silver medals in this game. When facing the enemy, the only option is to be the best and to win,” said Admiral Christophe Prazuck, French Navy chief of staff, at a press conference in Cherbourg on 12 July. He was respondin... […]
  • Tradition et solidarité : un livre sur le commando de Penfentenyo
    A l’occasion de son soixante-dixième anniversaire, le commando de Penfentenyo, unité de forces spéciales de la Marine, a initié le projet baptisé "Tradition & Solidarité".En partenariat avec l’Ecole européenne supérieure d’art de Br... […]
  • Piriou met à l’eau le chalutier Télémaque
    Le Télémaque, c’est le nom du chalutier/coquillier construit par Piriou naval services, à Lorient. Le bateau de 16 m a été baptisé dans le port de Concarneau, vendredi 8 août. Lire la suite de Piriou met à l'eau le chalutier Télémaque […]

Archives

Alessandro Di Benedetto est monté au mât

Bonjour à tous,

Je viens de descendre du mât, tout va bien.
Ça m’a valu quelques heures de travail mais au final, j'ai à nouveau mes deux drisses de tête et de capelage.

Une fois après avoir changé d'amure ce matin, le vent a baissé et il n’y avait pas trop de houle. Par contre, il faisait froid (environ 4 degrés). Mais à part ça, il y avait de bonnes conditions pour monter au mât. J'ai donc préparé tout le matériel, les drisses,  les outils, du thé chaud avec des sel minéraux dans une gourde dans un petit sac à dos, du raisin sec dans la poche, un harnais, un casque et je suis monté. J'ai d’abord mis en place la drisse de capelage en fixant une nouvelle poulie au mât, puis même travail pour la  drisse de tête.

En montant j'ai pu contrôler le gréement. J'ai serré un axe de boîtier de grand voile et suis repassé du textile à la fixation bâbord du lazy bag et en tête de mat (je suis monté avec la grand voile haute pour pouvoir stabiliser le bateau au près, mais aussi pour avoir des points d'accroche). J'ai pu passer du textile de securité au lashing de têtière qui commençait à être fatigué.

Pendant que j'étais en tête de mât j'ai eu un peu de neige. C’était magnifique la vue d’en haut en navigation.

Une fois descendu, j'ai pu reprendre le cap. J'ai encore de l'ordre a remettre à bord mais le plus important est fait. Je vais très bien et au final, monter au mât était beaucoup moins fatiguant que récupérer le gennaker.

Bonne soirée à vous,

Alessandro Di Benedetto/Team Plastique