Partir

  • Focus on France’s next-generation SSNs
    “There are no silver medals in this game. When facing the enemy, the only option is to be the best and to win,” said Admiral Christophe Prazuck, French Navy chief of staff, at a press conference in Cherbourg on 12 July. He was respondin... […]
  • Tradition et solidarité : un livre sur le commando de Penfentenyo
    A l’occasion de son soixante-dixième anniversaire, le commando de Penfentenyo, unité de forces spéciales de la Marine, a initié le projet baptisé "Tradition & Solidarité".En partenariat avec l’Ecole européenne supérieure d’art de Br... […]
  • Piriou met à l’eau le chalutier Télémaque
    Le Télémaque, c’est le nom du chalutier/coquillier construit par Piriou naval services, à Lorient. Le bateau de 16 m a été baptisé dans le port de Concarneau, vendredi 8 août. Lire la suite de Piriou met à l'eau le chalutier Télémaque […]

Archives

Alessandro respire un peu mieux

Alors là je viens de sortir de la partie la plus difficile de cette dépression orageuse, j’étais vraiment au milieu, c’était violent. J’ai eu du vent très variable qui n’a pas arrêté de changer de direction et de force avec parfois des accalmies, souvent du vent au-delà de 40 nœuds, des grains et parfois une visibilité à moins de 20 mètres. J’ai été obligé de faire du surplace pendant une journée, j’ai dessiné des nœuds pour éviter de casser le bateau car il y avait une houle croisée très forte. D’ici peu je vais devoir changer d’amure pour remonter. Le programme est d’atteindre le nord-est des îles Trindade et Martim Vaz d’ici deux jours je crois, pas moins, car je vais avoir du vent faible qui ne va pas arrêter de tourner.

Mauvaise nouvelle hier, j’ai découvert en essayant d’envoyer le petit gennaker qu’il était lui aussi déchiré. C’est moins important que le grand gennaker qui est complètement détruit. Je vais essayer de le recoudre aujourd’hui.

Là, j’ai récupéré un peu, ça faisait plus que 36h que je ne m’étais pas reposé, j’étais en veille. Si l’on regarde mon parcours, on voit bien que j’ai fait des allers-retours sur plusieurs milles d’un côté à l’autre. Il fallait réduire de la toile et manœuvrer sans arrêt pour soulager le bateau. J’étais vraiment fatigué, là ça fait du bien de savoir que je me rapproche du tropique du Capricorne et que je commence à mettre mon bonnet pour me protéger du soleil.