Partir

  • Ponant va reprendre Paul Gauguin Cruise
    (Article initialement publié le 8 août) Filiale d’Artemis, la holding de la famille Pinault, Ponant a officialisé le 8 août son projet de reprise de la compagnie Paul Gauguin Cruises. Fondée en 1998, celle-ci a d’abord appartenu à Radi... […]
  • Microplastiques : Tara en escale à Toulon
    Partie le 27 mai de Lorient pour mener une mission de 6 mois sur la pollution plastique en Europe, la goélette scientifique Tara effectuera sur sa route une escale à Toulon. Depuis 2010, la goélette prélève des microplastiques (de 0,2 à... […]
  • Une plateforme numérique pour les étudiants et anciens élèves de l’Hydro
    Le projet "hydro-alumni" d'Hydros lancé il y a quelques mois est en train de prendre forme. L'équipe travaille sur un nouvel outil numérique afin de proposer aux étudiants et anciens des écoles de la marine marchande plusieurs services tels que : un annuaire des anciens élèves, une CV-thèque, des offres d'emploi, un outil de planification événementielle […]

Archives

Bertrand De Broc en appelle à la chance

Revenu dans le sillage de Javier Sanso et Arnaud Boissières, Bertrand De Broc (Votre Nom autour du Monde avec EDM Projets) estime qu’il lui faudra « un peu de chance » pour passer devant ses concurrents : « Il reste tout l’Atlantique Nord, c’est beaucoup et c’est peu à la fois. Pour rattraper les deux de devant, il va falloir un peu de chance. Car à la régulière, cela signifierait que je doive aller 5% plus vite qu’eux jusqu’à la fin du parcours… Honnêtement, c’est difficile. »

Au sujet de la course en tête, le skipper de Sainte-Marine regrette l’absence de Vincent Riou, contraint à l’abandon dans la descente de l’Atlantique en novembre, au large du Brésil. « Dès la descente du Portugal, j’ai vu qu’ils mettaient la barre très haut. On peut juste regretter que la casse ait empêché Vincent Riou et, dans une certaine mesure, Jean-Pierre Dick de se mêler au débat. Les deux premiers n’ont pas fait d’erreurs de navigation, ils ont eu la réussite nécessaire pour rester en tête. Quand on parlait de 76 jours de course, je trouvais qu’on exagérait, mais ils sont en train de démontrer que c’était possible. Et puis, il y a un paradoxe : quand tu vas vite comme ça, tu passes aussi beaucoup moins de temps en mer, donc, dans une certaine mesure, tu diminues statistiquement les risques de casse. Et puis, je n’oublie pas Jean (Le Cam). En naviguant à son rythme, si jamais Jean-Pierre est contraint d’abandonner, il va finir au pied du podium. Comme quoi, tout est encore possible dans ce Vendée Globe… »