Partir

  • Focus on France’s next-generation SSNs
    “There are no silver medals in this game. When facing the enemy, the only option is to be the best and to win,” said Admiral Christophe Prazuck, French Navy chief of staff, at a press conference in Cherbourg on 12 July. He was respondin... […]
  • Tradition et solidarité : un livre sur le commando de Penfentenyo
    A l’occasion de son soixante-dixième anniversaire, le commando de Penfentenyo, unité de forces spéciales de la Marine, a initié le projet baptisé "Tradition & Solidarité".En partenariat avec l’Ecole européenne supérieure d’art de Br... […]
  • Piriou met à l’eau le chalutier Télémaque
    Le Télémaque, c’est le nom du chalutier/coquillier construit par Piriou naval services, à Lorient. Le bateau de 16 m a été baptisé dans le port de Concarneau, vendredi 8 août. Lire la suite de Piriou met à l'eau le chalutier Télémaque […]

Archives

Javier Sanso sans info sur le vent

Un grand bonjour d’ACCIONA,

Depuis plusieurs jours, je navigue comme en voile légère. Je n’ai pas d’informations de vent, l’électronique de bord ne marche pas très bien depuis le passage du Cap Horn, et depuis trois jours rien ne va plus… Dieu merci, les pilotes marchent bien ! Le problème est qu’aucune des trois girouettes ne fonctionne. C’est difficile de garder le bateau à 100%, je barre le plus possible le jour, la nuit c’est plus compliqué.

Le pire, c’est dans la zone de grains, sans information de vent, ni vitesse, ni orientation, ni vent réel, les choses se compliquent. Maintenant, le bateau se dirige vers un cap fixe sans prendre en compte les changements de vent, et chaque fois je perds un peu de temps et de la distance. C’est dur de comprendre pourquoi les trois girouettes sont cassées, mais c’est comme ça. Le rythme ralentit un peu, mais je continuerai à essayer de me glisser vers ceux de devant.

Cette zone est devenue un vrai calvaire. J’ai l’impression que les vents d’Est tournent au Nord chaque fois que nous montons, c’est incroyable de voir le vent tourner en notre défaveur à chaque fois.

Mike et Jean sont passés de justesse, Dom passera avant moi, et ça va me coûter assez cher car je dois aller plus à l’Est chercher une rotation, sans certitude qu’il y aura plus de vent…Mais le bateau marche bien, j’ai à manger, il n’y a pas à s’inquiéter. Bientôt, je serai à l’Equateur, mais un peu plus tard que je ne le pensais.

J’ai lu ce qui était arrivé à Jean-Pierre, c’est triste, surtout à cet endroit, après la  bonne course qu’il faisait. D’ici, je lui envoie mon soutien et je lui souhaite plein de courage, j’espère qu’il va pouvoir rejoindre les Sables d’Olonne.