Partir

Qu’on se le dise …

  • Jifmar ouvre un bureau aux Pays-Bas
    Jifmar Offshore Services s’implante aux Pays-Bas. La compagnie marseillaise, déjà présente à l’étranger, notamment aux Etats-Unis, en Écosse, au Congo ou encore au Gabon, va ouvrir un bureau (Jifmar Netherlands) non loin d’Amsterdam. Il... […]
  • Le chercheur Laurent Chauvaud raconte la coquille Saint-Jacques
    Dans « La coquille Saint-Jacques, sentinelle de l’océan », livre concis et tonique, on apprend comment la coquille se nourrit, comment ses stries nous renseignent sur sa croissance. Le chercheur Laurent Chauvaud explique l’origine du go... […]
  • Le nouveau bac de Seine en construction
    Le nouveau bac du département de Seine-Maritime prend forme. La construction du nouveau navire amphidrome est menée sur les deux sites du groupe BMA, le chantier Merré de Nort-sur-Erdre et Mecasoud à Saint-Nazaire. C'est le cabinet d'ar... […]

Archives

Javier Sanso sans info sur le vent

Un grand bonjour d’ACCIONA,

Depuis plusieurs jours, je navigue comme en voile légère. Je n’ai pas d’informations de vent, l’électronique de bord ne marche pas très bien depuis le passage du Cap Horn, et depuis trois jours rien ne va plus… Dieu merci, les pilotes marchent bien ! Le problème est qu’aucune des trois girouettes ne fonctionne. C’est difficile de garder le bateau à 100%, je barre le plus possible le jour, la nuit c’est plus compliqué.

Le pire, c’est dans la zone de grains, sans information de vent, ni vitesse, ni orientation, ni vent réel, les choses se compliquent. Maintenant, le bateau se dirige vers un cap fixe sans prendre en compte les changements de vent, et chaque fois je perds un peu de temps et de la distance. C’est dur de comprendre pourquoi les trois girouettes sont cassées, mais c’est comme ça. Le rythme ralentit un peu, mais je continuerai à essayer de me glisser vers ceux de devant.

Cette zone est devenue un vrai calvaire. J’ai l’impression que les vents d’Est tournent au Nord chaque fois que nous montons, c’est incroyable de voir le vent tourner en notre défaveur à chaque fois.

Mike et Jean sont passés de justesse, Dom passera avant moi, et ça va me coûter assez cher car je dois aller plus à l’Est chercher une rotation, sans certitude qu’il y aura plus de vent…Mais le bateau marche bien, j’ai à manger, il n’y a pas à s’inquiéter. Bientôt, je serai à l’Equateur, mais un peu plus tard que je ne le pensais.

J’ai lu ce qui était arrivé à Jean-Pierre, c’est triste, surtout à cet endroit, après la  bonne course qu’il faisait. D’ici, je lui envoie mon soutien et je lui souhaite plein de courage, j’espère qu’il va pouvoir rejoindre les Sables d’Olonne.