Partir

Qu’on se le dise …

  • Naval Group réfute tout problème majeur sur les Scorpène indiens
    Un article du 15 juin paru dans le journal indien Business Standard affirme que la marine indienne aurait « refusé de mettre en service le Khanderi jusqu’à ce que tous ses défauts et carences soient complètement corrigés ». Le Khanderi,... […]
  • Un brevet d’initiation mer pour faire connaître les emplois maritimes
    Développé par le Campus des métiers et des qualifications « Industries de la mer en Bretagne », et porté par le président du groupe de travail Gilles Benic, proviseur du lycée Vauban-Lanroze de Brest, le Brevet initiation mer a été décerné, vendredi 14 juin, au club nautique de la Marine de Brest, à 52 élèves.Ce […]
  • Des subventions ciblées pour moderniser les flottilles de pêches
    Les Etats membres de l’Union Européenne ont décidé mardi de soutenir la possibilité de subventionner le renouvellement de certains bateaux de pêche, une dérogation au régime en vigueur qui interdit ce type d’aide afin de lutter contre l... […]

Archives

Vent, Voile, Vitesse

VENT, VOILE, VITESSE – 150 ans de records en mer, des clippers aux multicoques de Gérald Guétat.
Depuis plus de cent cinquante ans, des navires de toutes tailles se sont lancés dans des courses folles à la voile sur tous les océans du globe. Ce furent d’abord les grands voiliers de commerce qui tentèrent de rallier les ports dans les délais les plus brefs. Avec l’avènement de la vapeur, le yachting prit la relève dès les années 1880 avec les fameux défis entre goélettes américaines et anglaises, puis entre anglaises et françaises.

Mais le record de la traversée de l’Atlantique, établi en 1905, ne fut battu qu’en… 1980, par Eric Tabarly. Depuis, les plus grands multicoques transocéaniques affrontent régulièrement le chronomètre, autour du monde, avec équipage ou en solitaire, sur l’Atlantique ou sur bien d’autres parcours périlleux. En octobre 2001, le milliardaire aventurier Steve Fossett a relancé la compétition internationale en traversant l’Atlantique en quatre jours, au moment où Olivier de Kersauzon tirait ses premiers bords sur son nouveau trimaran géant Geronimo.