Partir

  • Focus on France’s next-generation SSNs
    “There are no silver medals in this game. When facing the enemy, the only option is to be the best and to win,” said Admiral Christophe Prazuck, French Navy chief of staff, at a press conference in Cherbourg on 12 July. He was respondin... […]
  • Tradition et solidarité : un livre sur le commando de Penfentenyo
    A l’occasion de son soixante-dixième anniversaire, le commando de Penfentenyo, unité de forces spéciales de la Marine, a initié le projet baptisé "Tradition & Solidarité".En partenariat avec l’Ecole européenne supérieure d’art de Br... […]
  • Piriou met à l’eau le chalutier Télémaque
    Le Télémaque, c’est le nom du chalutier/coquillier construit par Piriou naval services, à Lorient. Le bateau de 16 m a été baptisé dans le port de Concarneau, vendredi 8 août. Lire la suite de Piriou met à l'eau le chalutier Télémaque […]

Archives

Nouvelle montée au mât pour Bernard Stamm

Bernard Stamm n’en a pas fini avec les galères. Dimanche, pendant que François Gabart gagnait son premier Vendée Globe, le skipper de Cheminées Poujoulat a été contraint de remonter au mât pour réparer son chariot de grand voile. Une opération périlleuse puisque les conditions météo n’étaient pas favorables : Hier j’ai eu une journée compliquée. J’ai cassé mon chariot de grand voile, j’ai du affaler la grand voile et monter dans le mât. C’était tendu comme opération, j’ai été secoué. J’avais les bras tétanisés et je suis couvert de bleu. Quand je suis redescendu, j’étais mort, j’avais même du mal à marcher, mais je ne pouvais pas me reposer tout de suite. J’ai remonté la grand voile, avec une drisse neuve sans repère et toujours pas de colonne de winch; l’opération n’était pas simple. Une fois tout ça terminé, je suis tombé de fatigue. Il fallait que je me requinque. Les conditions se sont un peu améliorées, mais la mer est tout de même épouvantable. Je n’avais jamais vu ça dans l’alizé, c’est très pénible. C'est très haché, il y a des creux de trois mètres et ça cogne énormément. Pour la suite, la météo qui nous attend devant est plutôt floue. Je ne sais pas si l’anticyclone va nous barrer la route. Il faut attendre un peu pour en savoir plus, 2-3 jours. Mais ce n'est pas dit que le près soit terminé. On verra, on prendra ce qu'il y aura en faisant une petite génuflexion pour que le bateau tienne".

Le marin suisse a également tenu à féliciter le skipper MACIF pour sa magnifique victoire sur le Vendée Globe : Le premier mot qui me vient c'est Félicitations ! François a mené ça de main de maître. Il n'a pas fait beaucoup d'erreurs. François comme Armel ont réussi à mener leur bateau correctement jusqu'à l'arrivée. Tout le travail fait en amont a payé. Ils ont super bien navigué, ils ont mis du rythme. Ce qu'on voyait à l'entraînement s'est confirmé sur ce Vendée Globe. Ils étaient souvent devant. On voyait qu'ils avaient de l'assurance dans les manœuvres. Après, il fallait réussir à faire que ça dure pendant deux mois et demi/trois mois et ça ils l'ont parfaitement fait. Un grand bravo à eux !".