Qu’on se le dise …

  • Delavergne livre le baliseur côtier Gavrinis
    Fraîchement livré par le chantier vendéen Delavergne, le Gavrinis, tout nouveau navire de l’Armement des Phares et Balises, a quitté hier matin les Sables d’Olonne pour rejoindre Lorient, où il devrait arriver aujourd’hui. Entretemps, il devait faire cette nuit une halte à Port Haliguen, sur la presqu’île de Quiberon, où l’APB utilise un quai. Lire […]
  • Déploiement d’un groupe amphibie franco-américain en océan Indien
    C’est une première à plus d’un titre. Rentré fin octobre à Toulon après une mission de soutien aux populations antillaises sinistrées par le passage de l’ouragan Irma, le bâtiment de projection et de commandement Tonnerre, escorté par la frégate de défense aérienne Chevalier Paul, appareillera de nouveau, cette fois dans le cadre de la constitution […]
  • Naval Energies : Des fondations déclinables en différents matériaux pour l’éolien flottant
    Naval Group travaille depuis plusieurs années sur le développement d’un flotteur pour éolienne, dont les premiers exemplaires vont bientôt être construits. Après de longues études et simulations, le design est maintenant arrêté. Il s’agit d’un flotteur semi-submersible pouvant être réalisé en acier, en béton ou en version mixte. « Nous avons choisi cette technologie pour des […]

Archives

Train-train express

Petit à petit, la flotte s’engage à bonne allure dans le contournement de l’anticyclone de Sainte-Hélène. Tout le monde met cap au sud et les options se réduisent comme peau de chagrin. Seul moyen de se démarquer les uns des autres, choisir de privilégier cap ou vitesse sur ce bord de près débridé. C’est aussi l’occasion pour les solitaires de procéder aux vérifications d’usage avant les quarantièmes.

Gabart se laisse le choix

Après avoir passé l’équateur, François Gabart fait désormais cap plein sud au large des côtes brésiliennes. Le pot au noir est derrière lui mais d’autres difficultés ne vont pas tarder à arriver : «  La stratégie par rapport à la course est d’aller le plus vite possible. Dans les conditions stables du moment, j’essaie de me concentrer sur les réglages du bateau MACIF et sur mes sensations. Après, il va y avoir de la stratégie météo, avec l’océan Atlantique Sud grand ouvert devant nous et un anticyclone de Sainte-Hélène à gérer, qui peut laisser place à des options assez différentes. Soit tu optes pour une route extrême à l’ouest le long du Brésil, soit pour une trajectoire plus à l’est le long de la route directe pour davantage « couper le fromage ». J’essaie de me laisser le maximum de choix le plus longtemps possible. Je ne veux pas me mettre trop rapidement dans une option fermée, sur laquelle je ne pourrais pas revenir. La météo reste une science incertaine, l’idée est d’affiner la stratégie au fur et à mesure pour prendre le moins de risque possible ». Pour le moment, le skipper MACIF réalise une course quasi-parfaite puisqu’il occupe la deuxième place à environ 50 milles d’Armel Le Cléac’h.

Catherine Chabaud : « Tanguy fait une superbe course »

Marraine de Mécénat Chirurgie Cardiaque et ancienne détentrice de l’actuel bateau de Tanguy de Lamotte, Catherine Chabaud, qui a disputé deux fois le Vendée Globe, a participé à la vacation du vendredi 23 novembre au PC course. L’occasion pour elle de revenir sur le début de course du skipper d’Initiatives-Cœur.

Le pamplemousse de François Gabart (VIDEO)

Afin de rendre plus ludique le Vendée Globe, François Gabart (Macif) a décidé de dessiner le parcours sur un pamplemousse.

« La belle vie » pour Riou

Troisième de la flotte du Vendée Globe au pointage de midi vendredi (à 65,5 milles du leader Armel Le Cléac’h), au large de Récife (Brésil), Vincent Riou apprécie les conditions de navigation actuelles : « C'est la belle vie ! Il y a du réglage bien sûr mais on passe nos soirées sous les étoiles. Le soir, je lis dans le cockpit. Tout ça en short, on ne va pas se plaindre. Au vu des conditions, j'ai pu checker plusieurs fois le bateau. Tout est nickel ! Cette nuit, j’étais bien en vitesse. J’ai pu accrocher une bande de vent alors que la nuit dernière, j’avais été ralenti en tombant dans une zone de molle. Je regarde déjà un peu ce qui se profile pour l’entrée dans les quarantièmes. Pour l’instant, ce n’est pas violent. On y entre en traversant un anticyclone. On aura un peu plus de pression qu’actuellement mais rien de très violent. Dans 10 jours, je vois 20 à 25 nœuds mais c’est encore loin. Ce sera à peu près au niveau de la porte des glaces numéro 1. »