Qu’on se le dise …

Archives

Bernard Stamm ouvre ses cadeaux (VIDEO)

Jeudi, c'était jour de fête sur Cheminées Poujoulat. Pour ses 49 ans, Bernard Stamm a été plutôt gâté.

Message du jour de Dominique Wavre

Ça grince, ça tape, ça hurle, ça secoue... Ça promet pour l’Océan indien

J'ai vu mon premier albatros !  Assez foncé, ça devait être un jeune qui ne savait pas que la vraie vie, c'est plus bas ! Dans grand sud !

Ce matin au petit jour contre toute attente, l’alarme AIS s’est déclenchée, un nom s’est affiché sur mon écran, le  "YU YAN Yang" ? ?…  Le nom d’un navire dont nous nous rapprochions. Après zoom sur zone, en fait il y avait  3 échos côte à côte.

Aux  jumelles cela ressemblait à un navire usine de pêcherie avec 2 chalutiers accrochés à ses basques.

Ils n'ont pas répondu à mes appels sur VHF 16, absence de veille  au milieu de nulle part…
Pas grave, je ne parle de toute façon pas le japonais ou le coréen....

Nous sommes 4 bateaux semble-t-il à avoir choisi de  passer sous le vent de Tristan da Cunha, cette trajectoire me semble être la bonne, on verra.

Le plafond est haut ce matin, j’aperçois presque un peu de soleil, l’océan se désorganise doucement à l’approche du front, environ 3 mètres de creux, pas très disciplinés, ça donne des surfs assez heurtés, je devine une houle de fond du sud…

L’empannage est prévu en fin de journée, avec l’arrivée brutale du front et d'un vent de sud glacé,  en provenance directe de la banquise, le  pays des albatros...

Ce matin, café, musique et vacation "spare" avec l’organisation  (vacation enregistrée). Je n'ai pas pu parler des nouvelles portes incroyablement hautes qui nous font parer les Kerguelen forcément par le nord. Cette année, la navigation dans l'Océan Indien sera certainement très différente de celles que j’ai connues auparavant.

On verra plus tard, pour l'instant, il y a l’Afrique à parer !

Votre surfer secoué,
Dom

 

Des nouvelles de Mike Golding

Nous sommes juste devant le front, nous avançons à peu près à la même vitesse et le vent change légèrement mais je suis globalement satisfait de mon choix de voiles d’hier soir. Après ça, il suffisait de laisser le bateau avancer tout seul, ce qui est toujours agréable. Ca bouge beaucoup, mais au moins on avance vite.

Ce qui est intéressant c’est que quand on atteint ces vitesses-là, 200 milles, ce n’est vraiment pas énorme,  ça peut être fait en une dizaine d’heures et comme la flotte n’arrête pas de se resserrer et de s’étendre, rien n’est irrattrapable.

C’est un changement qui a été apporté à la porte des glaces des Kerguelen qui a été remontée de dix degrés nord. Cela va rallonger la distance totale de la course et j’ai l’impression que ce sera une zone compliquée, le tout avec de hautes pressions.

Mais au final, je trouve que c’est bien comme ça, c’est toujours mieux que d’avoir à slalomer entre les icebergs.

Bulletin météo du 30 Novembre 2012.

La porte Kerguelen remontée

Suite aux observations d'organismes spécialisés, les glaces se positionnent très haut sur le parcours. La porte Kerguelen (50°00 S / 040°00 E - 050°00 E) est donc remplacée par la porte Crozet (39°00 S / 042° 00 E - 050° 00 E). Par conséquent, le parcours s'en trouve rallongé d'environ 300 milles. Plus d'informations en fin d'après-midi suite à la conférence de presse de CLS (Collecte localisation satellites).