Partir

  • T. Mariotti met sur cale le Seabourn Venture
    Le premier des deux nouveaux navires d’expédition destinés à la compagnie de luxe américaine Seabourn a été mis sur cale le 4 décembre au chantier T. Mariotti de San Giorgio di Nogaro, au nord-est de Venise. C’est là, déjà, que le cons... […]
  • RespectOcean : « Mettre en valeur les entreprises qui s’engagent vis-à-vis de la mer »
    Ses traversées océaniques en planche à voile l’ont rendu célèbre, mais Raphaëla Le Gouvello est aussi une scientifique accomplie et engagée. Docteure vétérinaire spécialisée en aquaculture et environnement, elle a récemment soutenu une ... […]
  • Brest : la Somme rentre de mission Corymbe
    Le bâtiment de commandement et de ravitaillement Somme a retrouvé hier la base navale de Brest, qu’il avait quittée le 21 septembre pour un déploiement de deux mois et demi vers l’Afrique de l’ouest.  La Somme rentrant à Brest @ MICHEL FLOCH La Somme rentrant à Brest @ MICHEL FLOCH La Somme rentrant à Brest […]

Archives

La carte postale sonore de Dom

Me voici assis dans la descente, l’iPad (mon répétiteur d’écran extérieur) à la main pour prolonger la réflexion entamée depuis que le vent commence à afficher une courbe légèrement descendante.

C’est du bluff ? Ca va tenir ou pas ? Pas la peine de poser la question, personne ne répondra ! Est-ce le bon moment, ou faut-il attendre encore un peu ? On aiguise nos sens tout autant que notre vigilance à se maintenir ainsi, sans cesse aux abois face à ces vents instables. 
Il vaut mieux être sûr de son coup et ne pas se lancer inutilement dans de telles manoeuvres de changements de voiles. La sanction est immédiate : en plus de précieux milles perdus, c’est l’énergie du bonhomme qui fout le camp ! Pas de gaspillage quel qu’il soit, c’est la règle !

En attendant que la tendance du vent se confirme et que je prenne ma décision, je réponds à la vacation du jour. Pierre-Louis au bout du satellite me demande, comme à son habitude, de décrire la carte postale... Sauf qu'il fait nuit noire ici ! La carte postale sera sonore, la description devient celle des bruits, ou plutôt du vacarme ambiant. Entre les feulements de l’eau sous la coque, le grondement de la coque au planning, la plainte du tirant d’outrigger qui fend l’eau dans les surfs, les bangs répétés de la coque qui tape dans les vagues, et l’explosion des vagues sur le pont qui se termine en cascade dans le cockpit, voici une carte postale bien assourdissante !

C’est ça le planning dans le Sud ! L’impression aussi que l’eau froide frappe bien plus fort que l’eau tempérée de nos latitudes européennes. J’ai mis un moment le casque antibruit sur les oreilles, même lui n’arrive pas à venir à bout de toutes ces fréquences !

Dehors, encore quelques belles bourrasques, ce n’est pas encore le moment de changer…


Dom

 

En quarantaine

Quarante jours qu’ils sont en mer, qu’ils doivent composer avec une certaine solitude… Les navigateurs du Vendée Globe sont maintenant plus ou moins à la mi-course. En tête de flotte, les pensées se tournent vers le cap Horn. Mais il reste encore le plus grand des déserts liquides à traverser.

Ce qu’ils ont dit pendant le live…

Retrouvez les principales déclarations d'Armel Le Cléac'h, Tanguy de Lamotte, Jen-Pierre Dick et Mike Golding lors du live du jeudi 20 décembre, en présence du dessinateur Bernard Chenez.

Replay : Le live du Vendée Globe du 20 décembre (VIDEO)

Revivez le live du Vendée Globe du jeudi 20 décembre avec Tanguy de Lamotte, Jean-Pierre Dick, Armel Le Cléac’h, Mike Golding et Bernard Chenez (dessinateur).

Alex Thomson de retour dans le Sud

Je suis bel et bien de retour dans le Sud après mon excursion au Nord et mon rendez-vous avec Claudia qui a légèrement tourné à la déception. Mais finalement, mon inquiétude était de retourner dans le Sud. Maintenant j’y suis, donc mission accomplie ! J’ai eu quelques encombres sur la route, aucun problème majeur mais qui m’ont rendu la vie parfois difficile et inconfortable.

Il fait plutôt froid en bas, je porte plusieurs couches de vêtements même dans mon sac de couchage. J’ai un petit radiateur à bord mais il consomme du diesel et comme je suis en période d’économie d’énergie, l’utiliser n’est pas une bonne idée. C’est quand même une sorte de torture d’avoir les moyens de se réchauffer et de ne pas pouvoir le faire !

Ça va quand même pas mal avec toutes mes couches. Jusqu’à ce que j’aie à manœuvrer et que je termine en sueur... C’est un peu comme avec les voiles, c’est parfois dur de trouver le juste milieu !

Devant, la route est plutôt claire et je devrais passer la Nouvelle-Zélande d’ici Noël. Ensuite, ce sera le cap Horn. J’espère et je prie pour que son passage soit rapide, dans de bonnes températures et sans incident. Après mon démâtage à la moitié du Pacifique, je sais comme cette portion de mer isolée peut être dangereuse. L’astuce est de survivre et de passer le cap Horn en un seul morceau. La course ne se gagne pas dans les mers du Sud, mais elle peut s’y perdre.