Partir

Qu’on se le dise …

  • L’Abeille Bourbon remorque un cargo en panne de propulsion
    Le vendredi 18 octobre 2019, à 14h20, le remorqueur d’Intervention, d’Assistance et de Sauvetage Abeille Bourbon a appareillé de Brest, sur ordre du préfet maritime de l’Atlantique, pour faire route vers l’île de Batz afin de rejoindre le cargo Norderney, rencontrant une panne de propulsion. Celui- ci se trouvait alors à 10 nautiques (environ 19 […]
  • Corse : le cargo Rhodanus déséchoué
    Le cargo Rhodanus, échoué depuis le dimanche 13 octobre au lieu-dit Cala Longa en Corse, a été déséchoué ce jour à 12h.La société mandatée par l’armateur et ses assureurs a présenté, dans la soirée d’hier, une solution consolidée de dés... […]
  • La SNSM et Couach dévoilent la future flotte de sauvetage française
    La Société Nationale de Sauvetage en Mer a signé hier, à Paris, le contrat de conception et de réalisation de sa future flotte. Comme annoncé en juillet dernier, celle-ci est confiée à un maître d’œuvre unique : le chantier Couach de Gu... […]

Archives

Portez haut les couleurs du Vendée globe

Retrouvez la collection aux couleurs du Vendée globe sur la boutique en ligne. Les collections Homme, Femme, Enfant et Accessoires sont disponibles dès à présent et vous offre une large de gamme de produits pour vous équiper et vous habiller de pied en cap !

Attention : Offre spéciale week-end !
Vos frais d'envoi pour seulement 4  € = et expédition gratuite à partir de 100 € d'achat. (Offre valable en France métropolitaine du vendredi 16 au dimanche 18 novembre inclus)

N'oubliez pas, comme les skippers du Vendée Globe , nos colis peuvent voyager dans le monde entier !

Jean-Pierre Dick revient sur sa baignade

Mercredi, Jean-Pierre Dick a été contraint de plonger pour dégager un bout qui s’était accroché à son bulbe de quille. « Je ne comprenais pas, je n’avançais pas aux vitesses cibles du bateau tout au long de la nuit dernière, a confié le skipper de Virbac-Paprec. Le matin, j’ai découvert un long filet vert accroché sous le bulbe de quille. J’ai essayé de faire une marche arrière sans succès. Il ne restait qu’une solution : enfiler ses palmes et son masque ! J’ai arrêté le bateau, choqué la grand-voile et me suis glissé sous la coque pour enlever ce bout de filet coincé qui me ralentissait. »

Les explications de Gutek

Je dois dire que j’ai eu quelques problèmes avec les systèmes électroniques et électriques du bateau aujourd’hui. Le souci principal, c’est que le pilote automatique ne fonctionne pas comme il le devrait, et c’est comme ça depuis le départ. Il m’est impossible de naviguer à grande vitesse à cause de ça.

En plus, j’ai pris une mauvaise decision en partant à l’ouest. Le pilote automatique ne prend pas en compte la véritable direction du vent, ce qui est pourtant essentiel en course, et j’essaie donc de réparer ça. Il y a autre chose, aussi, c’est le système qui fait bouger la quille pendulaire, je ne peux plus l’orienter pour corriger la position du bateau. C’est la ligne suivante sur ma liste de réparations à faire.

Et puis il y a autre chose qui n’est vraiment pas pratique pour notre équipe: l’ordinateur que j’utilise pour le multimedia ne fonctionne plus du tout donc je ne peux plus envoyer de videos ou de photos depuis le bateau. Mon seul contact avec l’extérieur, pour l’instant, c’est la ligne téléphonique. Ca ne m’aide pas non plus à gérer mon sommeil, car tout ça me prend beaucoup de temps, c’est très compliqué. Il faut que je sorte de cette zone de basse pression et ensuite, quand les conditions seront meilleures, je pense que j’aurai l’esprit plus léger et que ça me permettra de gérer tout ça plus facilement.  

La vacation du 15 novembre (VIDEO)

Revivez la vacation du jeudi 15 novembre.

Vers des cieux plus cléments

En ce 5e jour de course, la flotte s’étire sur plus de 660 milles et navigue toujours sur l’influence de la dépression orageuse qui se déplace très lentement vers la péninsule ibérique. Mais en plongeant vers le sud en direction du Cap Vert, les concurrents vont connaître des heures plus douces. Bientôt, la chevauchée sauvage de ces dernières 24 heures ne sera plus qu’un lointain souvenir. A la latitude des Canaries, les températures se réchauffent déjà et les vents vont faiblir.