Partir

  • T. Mariotti met sur cale le Seabourn Venture
    Le premier des deux nouveaux navires d’expédition destinés à la compagnie de luxe américaine Seabourn a été mis sur cale le 4 décembre au chantier T. Mariotti de San Giorgio di Nogaro, au nord-est de Venise. C’est là, déjà, que le cons... […]
  • RespectOcean : « Mettre en valeur les entreprises qui s’engagent vis-à-vis de la mer »
    Ses traversées océaniques en planche à voile l’ont rendu célèbre, mais Raphaëla Le Gouvello est aussi une scientifique accomplie et engagée. Docteure vétérinaire spécialisée en aquaculture et environnement, elle a récemment soutenu une ... […]
  • Brest : la Somme rentre de mission Corymbe
    Le bâtiment de commandement et de ravitaillement Somme a retrouvé hier la base navale de Brest, qu’il avait quittée le 21 septembre pour un déploiement de deux mois et demi vers l’Afrique de l’ouest.  La Somme rentrant à Brest @ MICHEL FLOCH La Somme rentrant à Brest @ MICHEL FLOCH La Somme rentrant à Brest […]

Archives

Riou rend hommage aux deux premiers

Au sujet de François Gabart :
« C’est une très belle victoire. François a mis toute son énergie et sa passion dans cette course. Il l’a dit. Il est allé au bout de ce Vendée Globe et au bout de son rêve, c’est la plus belle manière de remporter un Vendée Globe ».

Au sujet d’Armel Le Cleac’h :
« Je souhaite aussi saluer la performance d’Armel !  François et Armel ont fait une course très similaire. Il y a eu vraiment peu d’écart entre eux. Il faut un premier et un deuxième mais les deux ont vraiment navigué au même niveau »

Au sujet du record :
« J’ai toujours pensé que finir en moins de 80 jours était possible.  Je n’ai jamais imaginé que cela pouvait poser problème. Les bateaux ont considérablement évolué depuis ma victoire (temps de Vincent en 2004 : 87 jours 10 heures 47 minutes). Nos 60’ aujourd’hui sont beaucoup plus rapides. Je ne suis pas du tout étonné par cette performance. Et puis, il y a évidemment un autre paramètre qui rentre en jeu, ce sont les conditions météo. On se rend compte que cela ne tient pas à grand-chose car si François et Armel avaient rencontré les mêmes conditions que leurs poursuivants dans la remontée de l’Atlantique Sud, ils auraient probablement eu de la peine à faire tomber les 80 jours. »