Partir

  • Focus on France’s next-generation SSNs
    “There are no silver medals in this game. When facing the enemy, the only option is to be the best and to win,” said Admiral Christophe Prazuck, French Navy chief of staff, at a press conference in Cherbourg on 12 July. He was respondin... […]
  • Tradition et solidarité : un livre sur le commando de Penfentenyo
    A l’occasion de son soixante-dixième anniversaire, le commando de Penfentenyo, unité de forces spéciales de la Marine, a initié le projet baptisé "Tradition & Solidarité".En partenariat avec l’Ecole européenne supérieure d’art de Br... […]
  • Piriou met à l’eau le chalutier Télémaque
    Le Télémaque, c’est le nom du chalutier/coquillier construit par Piriou naval services, à Lorient. Le bateau de 16 m a été baptisé dans le port de Concarneau, vendredi 8 août. Lire la suite de Piriou met à l'eau le chalutier Télémaque […]

Archives

Riou rend hommage aux deux premiers

Au sujet de François Gabart :
« C’est une très belle victoire. François a mis toute son énergie et sa passion dans cette course. Il l’a dit. Il est allé au bout de ce Vendée Globe et au bout de son rêve, c’est la plus belle manière de remporter un Vendée Globe ».

Au sujet d’Armel Le Cleac’h :
« Je souhaite aussi saluer la performance d’Armel !  François et Armel ont fait une course très similaire. Il y a eu vraiment peu d’écart entre eux. Il faut un premier et un deuxième mais les deux ont vraiment navigué au même niveau »

Au sujet du record :
« J’ai toujours pensé que finir en moins de 80 jours était possible.  Je n’ai jamais imaginé que cela pouvait poser problème. Les bateaux ont considérablement évolué depuis ma victoire (temps de Vincent en 2004 : 87 jours 10 heures 47 minutes). Nos 60’ aujourd’hui sont beaucoup plus rapides. Je ne suis pas du tout étonné par cette performance. Et puis, il y a évidemment un autre paramètre qui rentre en jeu, ce sont les conditions météo. On se rend compte que cela ne tient pas à grand-chose car si François et Armel avaient rencontré les mêmes conditions que leurs poursuivants dans la remontée de l’Atlantique Sud, ils auraient probablement eu de la peine à faire tomber les 80 jours. »