Partir

  • Résultats du premier semestre de Boskalis
    Key Figures First Half Year 2019Revenue: EUR 1.3 billionEBITDA: EUR 135.7 millionNet profit: EUR 1.3 millionOrder book: EUR 4.4 billion Outlook 2019Dredging: stable market volumeOffshore Energy contracting: positive contribution from pr... […]
  • Le plus grand porte-conteneurs du monde est arrivé en Europe
    Premier voyage achevé pour le MSC Gülsün, plus gros porte-conteneurs du monde. Le navire d'une capacité de 23.756 EVP est arrivé à Bremerhaven il y a quelques jours. Long de 400 mètres pour une largeur de 61.5 mètres, le navire a été li... […]
  • Des chercheurs percent le secret des requins fluorescents
    Ce n’est pas forcément la meilleure façon de passer inaperçu, mais certains requins, tapis au fond des océans, émettent une lumière fluorescente verte. On sait désormais comment. Des chercheurs ont identifié les molécules à l’origine de... […]

Archives

Seb Audigane et Jörg Riechers 6e à Barcelone

Le navigateur allemand Jörg Riechers et le Français Sébastien Audigane ont bouclé ce jeudi 16 avril leur tour du monde en double, en 105 jours, 23 heures, 35 minutes et 22 secondes, à la vitesse moyenne de 9,17 nœuds. Leur monocoque Renault Captur a franchi en sixième position la ligne d´arrivée de la Barcelona World Race après un certains nombre de soucis techniques et météorologiques qui ne leur ont pas permis de démontrer tout le potentiel de leur tandem. Réactions des deux navigateurs lors de leur arrivée à Barcelone :
Jörg Riechers : « On espérait faire un meilleur résultat. Dans la première moitié de course tout restait possible. Mais après la casse du safran, on n’a pas pu revenir car les fenêtres météo se sont refermées sur nous. Mais finir un tour du monde, c’est toujours une bonne chose. »
Sébastien Audigane : « Deux ou trois jours avant le cap Horn, on savait qu’on ne reviendrait pas. On a été ralenti à chaque fois. Ça a continué jusqu’en Méditerranée, on pensait arriver hier soir et nous voilà maintenant. Au cap Horn, on a passé le dévent de l’île, on a eu le temps de manger un bout de chocolat, de discuter un peu de refaire le monde… quelques instants plus tard, on prenait des claques à 70 nœuds de vent....»