• CGG : La flotte française confiée au Norvégien Eidesvik
    C’est l’épilogue d’une longue histoire qui pourrait se solder par la disparition définitive de la filière sismique française. Hier, CGG a annoncé avoir conclu un accord avec l'armement norvégien Eidesvik et ses créanciers nordiques pour la création d’une nouvelle société commune. Celle-ci détiendra les Geo Coral, Geo Caribbean, Geo Celtic, CGG Alizé et Oceanic Challenger, navires […]
  • Shortsea : Rhenus prend 40 % du groupe ARKON Shipping
    Le 21 mars, le groupe Rhenus a acquis 40 % des parts de l'entreprise ARKON Shipping GmbH & Co. KG dans le cadre d'une augmentation de capital et a créé une société d'investissement commune avec la compagnie maritime qui gère une flotte de plus de 120 navires.ARKON Shipping, fondée en 1995, est spécialisée dans les […]
  • Dissuasion nucléaire : 45 ans de patrouilles pour les SNLE français
    La Force océanique stratégique (FOST) célèbre ce mois-ci un triple anniversaire : les cinquante ans du lancement du Redoutable, tout premier sous-marin nucléaire lanceur d’engins français, le 29 mars 1967, les 45 ans de l’accomplissement de la première patrouille de ce même bâtiment et les 20 ans de la mise en service de son successeur, Le Triomphant. SNLE […]

Archives

MyFerryLink : Le dernier protocole d’accord pourra-t-il être adopté ?

Les Berlioz et Rodin bloqués depuis le 29 juin par le Syndicat Maritime Nord, alors même qu’ils sont affrétés par DFDS. Le port de Calais perturbé pendant l'été par des manifestations. La SCOP SeaFrance liquidée le 31 juillet, provoquant le licenciement de 487 personnes. Et le cabinet du ministre des Transports qui joue les pompiers et organise, depuis début juillet, des réunions de négociation entre toutes les parties prenantes, pour trouver des solutions. Qui ont toutes, jusqu’ici, échoué. Comme l’avait annoncé Eric Vercoutre, patron du SMN,  l’été calaisien a été chaud.

MyFerryLink : Le dernier protocole d’accord pourra-t-il être adopté ?

Les Berlioz et Rodin bloqués depuis le 29 juin par le Syndicat Maritime Nord, alors même qu’ils sont affrétés par DFDS. Le port de Calais perturbé pendant l'été par des manifestations. La SCOP SeaFrance liquidée le 31 juillet, provoquant le licenciement de 487 personnes. Et le cabinet du ministre des Transports qui joue les pompiers et organise, depuis début juillet, des réunions de négociation entre toutes les parties prenantes, pour trouver des solutions. Qui ont toutes, jusqu’ici, échoué. Comme l’avait annoncé Eric Vercoutre, patron du SMN,  l’été calaisien a été chaud.