Partir

  • T. Mariotti met sur cale le Seabourn Venture
    Le premier des deux nouveaux navires d’expédition destinés à la compagnie de luxe américaine Seabourn a été mis sur cale le 4 décembre au chantier T. Mariotti de San Giorgio di Nogaro, au nord-est de Venise. C’est là, déjà, que le cons... […]
  • RespectOcean : « Mettre en valeur les entreprises qui s’engagent vis-à-vis de la mer »
    Ses traversées océaniques en planche à voile l’ont rendu célèbre, mais Raphaëla Le Gouvello est aussi une scientifique accomplie et engagée. Docteure vétérinaire spécialisée en aquaculture et environnement, elle a récemment soutenu une ... […]
  • Brest : la Somme rentre de mission Corymbe
    Le bâtiment de commandement et de ravitaillement Somme a retrouvé hier la base navale de Brest, qu’il avait quittée le 21 septembre pour un déploiement de deux mois et demi vers l’Afrique de l’ouest.  La Somme rentrant à Brest @ MICHEL FLOCH La Somme rentrant à Brest @ MICHEL FLOCH La Somme rentrant à Brest […]

Archives

Thomson : « Brutale »

Dans un communiqué envoyé par son équipe juste après l’arrivée du monocoque Hugo Boss aux Sables d’Olonne mercredi, le skipper britannique Alex Thomson livre un adjectif pour décrire le Vendée Globe, dont il prend la troisième place cette année derrière François Gabart et Armel Le Cléac’h : « brutal » !

« Terminer cette course et être enfin de retour aux Sables est très émouvant. C’est un moment dont j’ai toujours rêvé, et après dix ans de travail, terminer sur le podium, en 80 jours, est plus que j’aurais pu espérer. Je vais enfin pouvoir passer du temps avec ma famille, ma femme Kate et mon fils Oscar dont j’ai raté le deuxième anniversaire. Mon bateau Hugo Boss va me manquer, c’est certain. Il a été ma maison et mon abri pour les 80 derniers jours. Il y a un mot pour décrire cette course : brutale. Mais couper la ligne et être accueilli par la foule dans le chenal rappelle qu’elle en vaut la peine.

(Sur ses problèmes d’énergie à bord) Si j’avais su avant le départ que j’allais être privée d’énergie à ce point, cela aurait été mon pire cauchemar. Je ne pouvais parler à ma femme et l’équipe qu’une ou deux fois par semaine. Mais j’ai géré le fait d’être isolé beaucoup mieux que je m’y attendais. Pour m’aider à tenir moralement, mon équipe s’est assurée que je reçoive les mails et les messages de soutien. 

(Sur son soutien à Jean-Pierre Dick) J’ai attendu que JP me confirmer que le bateau et lui allaient bien dans les conditions météos dans lesquelles nous naviguions (25 nœuds de vent et 3-4 mètres de creux). Dans la Velux Ocean Race, j’ai eu la chance qu’un autre concurrent vienne me récupérer. Et si j’avais été dans la posture de JP j’aurais été très content d’avoir quelqu’un pas trop loin qui gardait un œil sur moi. »

Communiqué HUGO BOSS