Qu’on se le dise …

Archives

Alex Thomson facile dans le pot au noir

Je crois bien qu’hier, j’ai eu droit à la facile de toutes mes traversées du pot au noir, avec seulement deux ou trois nuages noirs et un vent léger. Il faut dire que j’ai eu de la chance, le pot au noir se déplaçait vers le sud quand je suis passé et je me suis vite retrouvé dans les alizés. Une bonne chose de faite ! Obstacle suivant : Le système de haute pression, avant de toucher les vents d’est et la dernière ligne droite avant l’arrivée.

 Les fichiers météo que j’utilise donnent des prévisions jusqu’à 10 jours et ce matin, ils indiquaient que je serai à 400 miles de l’arrivée dans 10 jours. Du coup, ma trajectoire risque de s’arrêter avant la véritable arrivée ! Les fichiers indiquent toujours la même direction pour traverse l’anticyclone, ce qui me rend optimiste et confiant.

 Le vent vient de tourner, de nord-est à est-nord-est et je passé aussi au nord que possible. Ce n’est pas le passage le plus calme et le bateau tape pas mal. Je n’y peux pas grand-chose…

 J’ai refait mon stock d’eau douce hier et je me suis fait une bonne toilette, je peux vous dire que me peau m’a dit merci! A force de rester dans un environnement humide et sale, j’ai de grosses irritations sur les bras et les jambes. J’en avais déjà eues, mais jamais des comme ça ! Je pense que ça ira mieux dans deux ou trois jours et en attendant, il faut juste que j’évite de me gratter !  

 Comme je sortais juste du pot au noir, il a fallu que je reste attentive toute la nuit, surtout que j’ai touché un nouveau vent, avec de belles bourrasques. Du coup, je n’ai pas beaucoup dormi, mais peu importe, ce qui compte c’est d’être dans les alizés. La chaleur a une influence sur le sommeil, mais aussi sur l’alimentation. Je dors mieux et je mange plus la nuit quand la température de la cabine redescend à 30°C.