Qu’on se le dise …

Archives

Dernière nuit en mer pour Dominique Wavre

La nuit passée était certainement l’une des plus dures de tout ce Vendée Globe, avec jusqu’à 48 nœuds de vent et une mer énorme. Normalement, lorsqu’un coup de vent violent arrive, on se positionne de façon à le gérer avec un angle avantageux, mais là, je n’avais pas le choix, en route directe sur les Sables, avec le vent soufflant par le travers. A un moment, une énorme déferlante m’est tombée dessus, j’ai eu l’impression que le bateau faisait dix mètres de chute libre, c’était vraiment impressionnant. 

Désormais, le vent est en train de diminuer et je n’ai plus que 30 nœuds, mais je navigue toujours avec quatre ris / trinquette. Je suis très fatigué, je vais aller me reposer un peu : je veux être en forme pour l’arrivée ! Je commence à sentir le bout du parcours, mais pour être honnête je ne ressentirai par de réel soulagement avant d’avoir franchi le plateau de Rochebonne.