Qu’on se le dise …

Archives

Le message du jour de Javier Sanso

Bonjour à tous,

Aujourd’hui, c’était  rangement à l’intérieur du bateau, organisation et analyse météo pour passer au mieux possible les calmes équatoriaux. J’ai l’impression que le groupe de tête passera le Pot au Noir plus facilement, je sens qu’il va s’allonger près de la latitude 0 (Equateur) à mon approche, ce qui est rare. Normalement, c’est à 2° nord qu’on trouve les calmes, il y a déjà l’alizé de sud qui est établi. J’ai l’impression que cette fois ça va nous coûter cher !  Pour l’instant, je continue ma descente  sud avec le gennaker,  parfois je suis sous spi, j’essaie d’aller à l’ouest le plus possible.

Hier, j’ai fait mon dernier empannage pour gagner plus à l’ouest, je suis passé à 34 milles du Cap Vert, je suis resté deux heures avec un vent faible, celui de l’île, je ne me suis pas arrêté visiter !

C’est compliqué de choisir un point d’entrée pour ce Pot au Noir.  J’ai envie d’aller plus à l’Est qu’à l’Ouest, mais c’est risqué de choisir cette option. Je ne sais toujours pas exactement par où je le passerai, avec un vent comme ça, je devrais le passer par 26°30W.

Ce soir, je vais étudier les derniers fichiers et images satellite, pour passer ale mieux possible. Le principe est de rester le moins longtemps encalminé  et  de toucher au plus vite les alizés sud. Une fois dans les alizés, la chose est réglée.  Quelques jours après, à la hauteur de Cabo Frio, ça se complique à nouveau. Mais c’est encore loin tout ça. L’important c’est le passage du Pot au Noir.

Armel Le Cléac’h a franchi l’équateur

Armel Le Cléac’h qui mène toujours la course, a été le premier de la flotte à franchir l’équateur, ce matin, aux alentours de 8h20 heure française. En 10 jours 19 heures et 18 minutes, le skipper de Banque Populaire a établi le deuxième temps de référence derrière les 10 jours 11 heures et 22 minutes de Jean Le Cam en 2004. Lors de la dernière édition, Loïck Peyron avait été le premier à franchir l’équateur après 12 jours 8 heures et 58 minutes de navigation.

Les mots de la nuit de François Gabart (Macif)

On le prédisait... Mais à ce point!?
Hier matin, à la sortie du Pot au Noir, nous étions 5 bateaux en visuel direct !
Depuis le départ, les moments où je n'ai pas au moins un petit copain à l'AIS sont rares !
Tant mieux cela veut dire que la course tient toutes ses promesses, la régate est belle. C'est top, on peut mesurer l'influence de tous les réglages, de tous les petits bords que l'on fait.
Dommage qu'Armel ne soit pas de la partie... D'habitude ça lui plait ce genre de batailles... Bof il a dû penser qu'il valait mieux ouvrir la voie devant !... Bravo à lui. Il navigue impec'
Bonne nuit
François