Partir

Qu’on se le dise …

  • Crist : au coeur d’un des plus grands chantiers polonais
    La mer Baltique est calme et l’air à peine frais, l’hiver polonais n’est pas aussi rigoureux qu’à son habitude. Dans la cale du chantier Crist, une imposante coque de câblier est en cours d’assemblage : c’est le futur Nexans Aurora, commandé par le français Nexans au groupe norvégien Ulstein qui l'armera à Ulsteinvik en 2021. Dans […]
  • Sous-marins australiens : le vrai du faux
    Le programme des futurs sous-marins australiens, confié à Naval Group, vient de faire face à une série de critiques et d’attaques relayées et amplifiées par différents canaux. On a entendu ainsi parler de retards, de surcoûts, de constr... […]
  • Eaux de ballast : Bio-UV a racheté l’ex-filiale de Suez Triogen
    Le groupe Bio UV, fondé près de Montpellier en 2000 par Benoît Gillmann, est spécialisé dans le traitement de l'eau par rayons UV et a vu une belle croissance de son activité dans le domaine du traitement des eaux de ballast. La société a réalisé une première opération de croissance externe à l'automne dernier en […]

Archives

Objectif Vendée Globe 2016 pour Morgan Lagravière

Morgan Lagravière, champion de France de Course au Large en Solitaire 2012 et deuxième de la Solitaire du Figaro 2012, n’a qu’une idée en tête : le Vendée Globe 2016. « Le Vendée Globe, tout comme la Route du Rhum d’ailleurs, j’en rêve depuis que je suis gamin. (…) Au fil de ces deux saisons en Figaro, j’ai pris conscience que ce rêve lointain se transformait en envie, presque viscérale. Et puis surtout, que c’était envisageable et que j’en étais capable. (…) Durant les trois semaines précédent le départ, j’étais quasiment tous les jours aux Sables d’Olonne. A chaque fois que je montais à bord d’un des 60 pieds, je ne pouvais m’empêcher de m’imaginer à sa barre… (…) En 2016, j’aurai 29 ans, le même âge que François (Gabart) aujourd’hui. Nous avons des parcours très semblables entre la voile olympique et le Figaro. Alors, forcément, quand je vois ses performances sur le Vendée Globe, je me dis que je peux le faire aussi. Ça donne envie de pousser la similitude encore un peu plus loin… », confie le jeune skipper.

Pour cela, il va avoir besoin de partenaires : « Depuis la fin d’année dernière, je m’active dans ce sens. Je suis entouré dans ma démarche de personnes dont c’est le métier et je peux compter également sur l’appui du Conseil Général de La Vendée. En plus de me donner les moyens financiers d’être présent au départ de La Solitaire du Figaro, que je courrai sous ses couleurs, la Vendée fait tout son possible pour m’aider à trouver le ou les partenaire(s) dont j’ai besoin pour mettre mon projet sur pied. Le Conseil Général m’a ainsi proposé de partager sa visibilité sur mon Figaro Bénéteau, dans le cas où un partenaire souhaiterait débuter une collaboration dès le mois de juin. S’ils n’ont pas vocation à me sponsoriser au-delà du Figaro, un tel soutien est déjà énorme et je leur en suis très reconnaissant ! »