Partir

  • Ponant va reprendre Paul Gauguin Cruise
    (Article initialement publié le 8 août) Filiale d’Artemis, la holding de la famille Pinault, Ponant a officialisé le 8 août son projet de reprise de la compagnie Paul Gauguin Cruises. Fondée en 1998, celle-ci a d’abord appartenu à Radi... […]
  • Microplastiques : Tara en escale à Toulon
    Partie le 27 mai de Lorient pour mener une mission de 6 mois sur la pollution plastique en Europe, la goélette scientifique Tara effectuera sur sa route une escale à Toulon. Depuis 2010, la goélette prélève des microplastiques (de 0,2 à... […]
  • Une plateforme numérique pour les étudiants et anciens élèves de l’Hydro
    Le projet "hydro-alumni" d'Hydros lancé il y a quelques mois est en train de prendre forme. L'équipe travaille sur un nouvel outil numérique afin de proposer aux étudiants et anciens des écoles de la marine marchande plusieurs services tels que : un annuaire des anciens élèves, une CV-thèque, des offres d'emploi, un outil de planification événementielle […]

Archives

Problème de pilote automatique pour Mirabaud

Si le décalage à l'est de Dominique Wavre était bien une réalité, son cap au sud-est l'était moins. La réponse dans ce message de Dominique :

« J’étais au téléphone avec Michèle ; il y avait 40 nœuds de vent. Soudain, l’alarme pilote s’est enclenchée ; ça a été très brutal : le voilier est aussitôt parti au lof, puis il a viré de bord et je me suis retrouvé à contre, le voilier couché à 90 degrés. C’est mon plus gros vrac depuis le début de ce Vendée Globe. Comme mes chandeliers sont cassées, une voile est passée à moitié par-dessus bord ; je l’ai récupérée in extremis. J’ai eu très peur : le voilier est ensuite parti en marche arrière, la mer était très mauvaise et je me situais pas loin du coin où nous avions démâté avec Michèle il y a deux ans. Heureusement, la situation est désormais rétablie, j’ai débranché le pilote défectueux et mis l’autre en route. Je navigue désormais à vitesse normale. Mieux : je vais tout de suite aller manœuvrer afin d’accélérer encore un peu. »

Concernant son positionnement à l’est de ses concurrents directs, Dominique précise qu’il s’agit d’un choix délibéré et non pas d’une conséquence de l’avarie de la nuit, même s’il a évidemment perdu beaucoup de temps dans l’aventure. « C’est un investissement à long terme, destiné à me permettre de naviguer avec un meilleur angle lorsque le vent basculera à l’est. Mais on ne saura que dans deux jours si c’était vraiment une bonne option. Par contre il semble que ceux de devant vont ralentir un peu, et je ne serais pas étonné qu’il y ait un regroupement. »

Source Mirabaud