• Samuel de Champlain : LMG Marin détaille le chantier de conversion GNL
    C’est une grande première que s’apprête à vivre la drague Samuel de Champlain. Cet été, le navire, qui opère dans le port de Nantes Saint-Nazaire et l’estuaire de la Seine, va rejoindre le chantier Damen de Dunkerque pour un arrêt de trois mois visant au remplacement de sa propulsion diesel par des moteurs fonctionnant au […]
  • La Méridionale : Un an de branchement au courant quai
    La Méridionale vient de boucler sa première année d’alimentation de sa flotte par courant quai lors des escales à Marseille. Une démarche pionnière en France, au moment où les émissions des navires préoccupent de plus en plus l’opinion publique et notamment dans la région marseillaise. Cette expérience montre que le passage à l’alimentation en courant […]
  • Le cargo Burhan Dizman 3 a rejoint Ajaccio après son avarie de propulsion
    Ce matin, le cargo BURHAN DIZMAN 3 en provenance de Fos sur mer s’est retrouvé en danger au large des côtes de Propriano suite à une avarie de sa propulsion. Le préfet maritime de la Méditerranée a dépêché plusieurs moyens étatiques et pris les dispositions réglementaires pour faire cesser tout danger. Lire la suite de […]

Archives

Le journal de bord d’Alessandro Di Benedetto (Team Plastique)

Rentré dans les 40emes avec du bon vent finalement. Aujourd'hui belle allure avec grand gennaker et belles vitesses. Des pointes en surf à 24 nœuds, bateau presque sous l'eau... Il faut être très vigilant. J'aperçois de plus en plus d’oiseaux et enfin aussi les premiers albatros. C'est vraiment beau de pouvoir les observer surfer les vagues à leur façon. Ils naviguent comme Team Plastique avec la force du vent, ils le suivent, ils repartent pour revenir. Je suis à 200 milles au sud des îles Tristan da Cunha et demain matin de bonne heure je vais laisser sur mon tribord, si tout va bien, Gough Island pour repartir chercher la prochaine basse pression un peu plus au sud. Un autre nuit sans repos car le passage de l'île se fera vers 3h du matin. Pendant que j'écris ce petit journal de bord, mon thé se prépare mais je dois souvent aller surveiller les voiles et régler les écoutes si une rafale est plus forte que d'habitude car le bateau, si en même temps est sur une vague plus haute que la moyenne, il risque de partir au vent et de se coucher. Il faut donc essayer d'anticiper et être à l'écoute du bateau, des vagues, des différents bruits que la coque fait sur l'eau, quand il gîte trop ou quand il part dans un surf et savoir comprendre s’il se lance à toute vitesse dans le creux de la vague bien équilibré ou pas. Les températures on baissé rapidement les deux derniers jours. J'ai commencé à  mettre des bottes et les pantalons du ciré pour les manoeuvres et aujourd'hui le haut car à l'impact de la vague sur l'étrave, une explosion d'eau envahit le pont et le roof. J'ai profité du dernier empannage il y a quelques heures pour vérifier les vivres frais. J'ai encore quelques tomates, des citrons, deux pommes, des échalotes, des oignons, de l'ail, du fromage. D'ici quelques jours, je pense cuisiner un bon minestrone. Tout va bien donc à bord et je suis vraiment content d'être arrivé dans les 40emes avec le bateau en très bon état. Maintenant, c'est le Grand Sud, les baisses de températures, les coups de vents et les basses pressions à gérer. La musique change et il faut essayer de suivre au mieux le rythme majestueux du Grand Océan Austral. Alessandro Di Benedetto/Team Plastique 40S21; 11W29