Qu’on se le dise …

Archives

Du bon usage de la parabole

Visiblement, l’entrée dans l’océan Indien n’a rien d’une sinécure. Des vents instables, une mer croisée, des incertitudes météorologiques, le menu des dernières heures s’est révélé particulièrement indigeste pour les solitaires au large de la pointe de l’Afrique. En revanche, les poursuivants semblent retrouver quelques couleurs.