Qu’on se le dise …

Archives

JP à quelques heures du bonheur

Il y a une bonne mer, 2 à 3 mètres de houle, 20 nœuds de vent. J'ai passé une nuit sous des grains, il y a un peu de ciel bleu, un peu de ciel gris. Je pense franchir la ligne d'arrivée à 16h (heure française). »

Je suis content. Cela va être un moment de bonheur de franchir la ligne d'arrivée après deux mois et demi de course. Même 4ème, je vais finir la tête haute. C'est important de terminer et de bien terminer cette course. Avec cette quille cassée et les différents coups durs, il a fallu ruser pour finir.

Un Vendée Globe, c'est gérer et se défoncer face à l'imprévu. Celui-ci a été une véritable aventure. C'est un domaine dans lequel je m'exprime bien.