Qu’on se le dise …

Archives

Le message du soir de Dominique Wavre

Petit à petit le vent s’est éteint, la calmasse nous a rejoints. L'anémo affiche même de temps en temps un ostensible et narquois zéro. Nous avons passé la journée plantés là, au milieu d’un océan sans vent, et nous avons affiché des moyennes de 1 à 7 noeuds. C'est un peu incongru quand on y pense, surtout après les grands surfs du précédent front !

Avec la musique en fond je me suis donc appliqué à essayer de progresser durant cette longue journée et si on en croit les fichiers, rien de très réjouissant ne nous attend pour les heures à venir. On s'adapte et on accepte les conditions météo de l'endroit et du moment.

A la barre aujourd’hui, je me suis imaginé en plein Bol d’or avec comme décor les montagnes, je me suis pris à rêver d’une belle bise qui écrête le Jura et me propulse à bonne vitesse. J’ai énuméré les noms des vents suisses, un vrai poème ! Le joran, la vaudaire, le bornan, le séchard et bien d’autres m'ont traversé l’esprit.

L’alarme vent a sonné plusieurs fois, comme des rappels à l’ordre réguliers de cette molle réalité indienne. Je lui ai très vite coupé le sifflet… dire que j’ai du mal à l’entendre lorsqu’on file à plus de 20 noeuds ! En tous cas aujourd’hui, elle résonne beaucoup trop fort à mon goût !

Le vent est monté parfois à 7 noeuds dans les rafales, pas vraiment dans la bonne direction, ce sera le scénario de cette 32ème journée de course. 

A la  barre pour plusieurs heures d’affilée, appliqué et concentré, les besoins physiologiques ont fini par me sortir de ma concentration : l’estomac réclame son dû. Et vu que le soleil est bientôt au zénith, je vais attaquer le repas de midi.

J’enclenche le pilote avec les réglages de petit temps, la télécommande n’est pas loin, et je continue à essayer d’avancer entre  2 et 9 noeuds vers le but, à environ 15700 milles de là…

En forme pour finir mon « Bol d’or Mirabaud », en musique, mais à la vitesse d’un piéton qui se balade sur les quais ! L’océan calme nos impatiences de terrien,  pourvu que ça ne dure pas trop longtemps  ;-)

A demain pour un autre jour (le 33ème !)

Dom