Qu’on se le dise …

Archives

Message du bord de Bernard Stamm (Cheminées Poujoulat)

Ça ne chôme pas à bord de Cheminées Poujoulat, lors de la vacation de ce midi je n’ai vraiment pas pu répondre car je manoeuvrais.

Je file sous spi dans 21 nœuds de vent avec des rafales à 25 noeuds et des “molles” à 18 noeuds. Le vent est instable en force et en direction, c’est un travail de tous les instants. Surtout sous spi, il faut être dessus. Il fait beau, le vent adonne et a l’air de se renforcer. Je prépare mon futur empannage d’ici cette nuit. C’est tonique, le bateau marche bien, mais il est vraiment exigeant. J’enchaîne les manœuvres c’est éreintant. T’attaque une manoeuvre et deux heures après tu es encore en train de ranger. Heureusement la nuit dernière j’ai pu me reposer un peu.
La nouvelle porte est vachement haute et en plus il y a un anticyclone droit devant. J’espère qu’il ne va pas faire trop de mal.
L’aventure de Jean (Le Cam), je vois bien ce qu’il a pu ressentir. J’ai du plonger une fois comme ça dans des eaux pas sympas, c’est un exercice périlleux mais tu ne peux pas non plus continuer avec un truc que tu traînes.
Vive les caméras sous le bateau, je peux au moins vérifier ce genre de chose facilement maintenant. J’ai eu un filet dans le safran, hier, mais j’ai réussi à m’en dépêtrer.
J’ai vu mon copain Al Batros, plusieurs même. Mais ce matin il y en avait un beau vraiment près. C’est toujours impressionnant. Ils sont limites énervants, car ils ne font pas un mouvement et ils vont plus vite que toi.

Bernard