Qu’on se le dise …

Archives

Première réaction de Jean-Pierre Dick

Je ressens de la fierté d’avoir mené mon bateau à bon port. La course a pris une tournure différente pour moi quand j’ai perdu ma quille et quand j’ai cassé mon étai. Ce n’était pas facile de rester au contact avec la tête, ils allaient vite. Je me suis résolu à ma troisième place puis il y a eu ce coup de sort. Après je me suis reconcentré sur le fait d’arriver, ça a été un beau travail intellectuel. C’était un choix cornélien mais aujourd’hui on peut dire que j’ai pris la bonne décision.

Chavirer ne tient à rien et finalement l’espoir de terminer revient, ça a été un peu rock’n’roll. Il faut garder la foi pour continuer la course. S’arrêter trois jours sans perdre de place est assez extraordinaire. Ce n’est pas possible dans beaucoup de régates.