Qu’on se le dise …

Archives

Réparation réussie pour Bubi

Salut à tous,

Finalement, je suis monté au mât à la tombée de la nuit. J’avais la grand voile et le spi partiellement hissés lorsque je suis monté. Pour être franc, j’étais à bout de forces car il y avait énormément de mer de fond. Mais j’ai réussi à atteindre le premier ris pour vérifier le patin en nylon du chariot de grand voile : il s’était simplement décollé du chariot, il n’y avait aucun dommage au niveau du rail ni aucune vis desserrée comme je me l’étais imaginé. La pièce que j’avais changée aux Canaries était tout simplement défectueuse.

Hier, lorsque j’ai voulu descendre la grand voile, il manquait le patin en nylon du chariot qui limite le frottement quand il remonte le rail. Du coup, l’aluminium du chariot frottait directement contre l’aluminium du rail. En fait, le patin du rail ne correspondait pas à celui de la pièce que j’avais changée aux Canaries. J’ai dû trouver une solution à partir de la pièce initiale, celle que j’avais remplacée : j’en ai coupé une partie, j’espère que ça tiendra car je n’ai plus de pièce de rechange.

C’est assez bizarre de me retrouver avec la pièce que j’avais changée aux Canaries, avec l’accroche en titane de l’autre chariot. Mais bon, tant que ça tient, tout va bien à 100%. Dans ce chariot, le patin de nylon est mieux accroché.

Comme ce fut le cas aux Canaries, cette réparation m’a non seulement fait perdre du temps mais m’a aussi totalement détaché de la course. J’avais l’intention de passer par le Sud, mais j’ai dû remonter pour chercher le beau temps : je l’ai trouvé, mais maintenant je suis coincé dans une zone avec peu de vents et tout le monde, à l’avant comme à l’arrière, navigue à fond, à 17 ou 18 nœuds. Cette situation est assez frustrante, mais au moins je vais dans la bonne direction et je pourrai vite naviguer de nouveau.

Salut,
Bubi