Qu’on se le dise …

Archives

Bernard Stamm dans l’anticyclone des Açores

« Il faut faire attention au matériel. C'est du vent fort, on va avoir 40 nœuds donc il faut être prudent. Je reste concentré sur ma navigation. Je suis content d'arriver mais il faut faire le dernier trajet. C'est assez abstrait. J'ai entendu des bribes d'information, mais je vais me laisser surprendre. Ce qui serait bien ce serait de pouvoir embouquer le chenal tout de suite. J'espère arriver avant 16 heures demain après-midi.

Je n'ai pas beaucoup dormi cette nuit parce que les conditions n'étaient pas faciles mais ça va j'ai la pêche. Il commence à y avoir un peu de mer, mais pour l'instant ça va. A mesure qu'on va avancer, le flux va se renforcer et il y aura de la grosse mer.

En arrivant, je vais embrasser mes filles, c'est impératif ! Après, tout manque à bord de ces bateaux là, donc tout ce qui va venir va être du bon. Un bon repas, une bonne bière avec les copains, une bise aux filles... des trucs normaux ! Un p'tit déjeuner à l'hôtel le matin, des fruits frais... »

A 10h30 ce matin, Bernard se trouvait à 480,43 milles de l’arrivée par 46°4’3’’N / 13°18’10’’O. Il avançait alors à 13,49 nœuds et suivait un cap de 91°.

 


Bernard Stamm dans l'anticyclone des Açores par VendeeGlobeTV