Qu’on se le dise …

Archives

Le message d’hier d’Alex Thomson

Tout va bien à bord d’HUGO BOSS, c’est un bon bateau. Au niveau des conditions, ces dernières 24 heures j’          ai eu des hauts et des bas : pas mal d'activité nuageuse pendant la journée et la nuit, des vents de 6 à 21 nœuds... C’est très changeant et le bateau a exigé beaucoup d'attention pour pouvoir maintenir le cap.

Le générateur hydraulique remarche bien et je suis très soulagé car cela signifie que je peux poursuivre avec ma haute consommation électrique ! Elle n’est pas si excessive que ça, mais sans hydrogénérateur je devrais me contenter d’un minimum absolu d’énergie. L’ordinateur devrait donc être éteint la plupart du temps, tout comme les téléphones, les antennes de communication, l'iPad, etc. Je me sentirais alors bien seul sur mon bateau pour les 10 semaines à venir et je n’en ai pas du tout envie !

Tôt ce matin j’ai été témoin de l’incident de PRB. Il a frappé une bouée d'amarrage métallique qui a endommagé la coque et la partie du gréement. Il a immédiatement donné à tout le monde la position de la bouée. Ca m’a beaucoup aidé car je suis passé à 5 milles de lui. La probabilité que quelque chose comme ça se passe est minuscule, il est très, très malchanceux. J'espère qu'il peut envisager quelques réparations, mais à la vue des photos, ses chances de finir la course me semblent compromises...

Je continue pour ma part de regarder en avant, j'arrive dans l'océan du sud. Ces derniers jours, les deux prévisions météorologiques que j’ai regardées se sont montrées tout à fait correctes, même une semaine à l’avance. Ca vous donne une certaine confiance. Maintenant, la météo va radicalement changer, ça va être intéressant de voir comment cela va tourner. Cette partie de la course est très importante, elle ressemble à une autoroute et dès que vous êtes dessus, vous vous déplacez si vite qu’il est très difficile de se rapprocher significativement vers la tête de la flotte. Il y a des exceptions bien sûr, mais normalement « les riches deviennent encore plus riches ». C’est l’occasion pour les bateaux de devant de s’échapper encore un peu plus.